vendredi, 25 novembre 2011 12:10

Newsletter N°80

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Hallelu-Yah !
הָללוּ יָה

Télécharger en pdf



« Entends la voix de ma prière, quand je crie vers toi, quand j’élève les mains vers le Saint des Saints ». Ps.27, 2.

Hallelu-Yah*! Cri de louange par excellence en hébreu, cri de victoire qui contient le Nom de Dieu, et signifie « louez Yah ». La première comme la dernière lettre est un «h» c'est-à-dire un «hé» en hébreu, lettre de l’Esprit Saint, qui unit le Père au Fils et le Fils au Père. Jésus s’est incarné par la puissance de l’Esprit Saint (premier h) et a remis l’Esprit Saint au Père (dernier h final) au moment de sa mort.

Ct.Tob13,11-18: «Célèbre dignement le Seigneur(Jérusalem) et bénis le Roi des siècles, pour que de nouveau sa Tente soit bâtie pour toi dans la joie…pour qu’il réjouisse en toi les captifs,…pour toutes les générations à jamais !...Que mon âme bénisse Dieu, le grand Roi, …Et toutes ses rues crieront Hallelu-Yah».

Dans l’Ancien Testament, une fois par an le grand prêtre entrait dans le Saint des Saints, fermé par le rideau, et criait le Nom de Dieu.

Jésus, resplendissement de la gloire du Père, est «proclamé par Dieu grand prêtre selon l’ordre de Melchisédek» Heb 5,10.  Lui seul est le véritable grand prêtre, le Saint de Dieu. «Oui, tel est précisément le grand prêtre qu’il nous fallait, saint, innocent, immaculé, séparé désormais des pécheurs, élevé plus haut que les cieux » Heb.7, 26.

Jésus, est entré une fois pour toute dans le Saint des Saints, par son humanité, offrant au Père l’unique sacrifice de louange digne de Lui. Ps 116, 17 : «Je t’offrirai un sacrifice de louange et j’invoquerai le Nom de Yah». Seuls les évangélistes Luc et Marc mentionnent le grand cri que Jésus poussa en remettant l’Esprit au Père et le déchirement du rideau. Mc15, 37-38 : «Jésus, poussant un grand cri, expira. Et le rideau du Sanctuaire se fendit en deux, de haut en bas» car le salut vient des cieux et ils sont ouverts. Cri de louange dans l’extrême douleur, où l’Amour se rend vainqueur de la mort et du péché, (Hallelu-) Yah… et le prince de ce monde est jugé.

«Yah יָה » ce Nom se compose de ‘yod’ qui est la lettre du Père et du ‘hé’ lettre de l’Esprit Saint «Ayant donc, frères, l’assurance d’une voie d’accès au sanctuaire par le sang de Jésus, cette voie qu’Il a inaugurée pour nous, récente et vivante, à travers le rideau, c'est-à-dire sa chair, ainsi qu’un prêtre éminent à la tête de la maison de Dieu, avançons avec un cœur sincère, dans une plénitude de foi, le cœur nettoyé de toute mauvaise conscience et le corps lavé d’une eau pure.» Heb 10, 20-22.

Ce Nom crié est en vue de cette communion que le Père désire avec chacun de ses fils rachetés par le sang du Fils, qui nous rend fils dans le Fils.

Durant son pèlerinage terrestre Jésus n’a pas cessé de prier le Père pour ses frères à travers cris et pleurs ; Heb5, 7-10 invoquant le Nom de Dieu. En entrant dans le Saint des Saints, en tant qu’unique et vrai grand prêtre, offrant cet unique sacrifice saint, sans tâche, Il a ouvert définitivement les cieux par cette louange au Père qu’Il a glorifié par et dans son Nom «Yah». Le seul Nom par lequel Il pouvait nous sauver pour l’Eternité en offrant sa vie : Ps65, 17: «Quand je poussais mon cri je faisais déjà ta louange.» afin que nous devenions nous-mêmes une éternelle louange à la gloire du Père.

Le Fils Bien Aimé trône à côté du Père et intercède pour chacun de ses frères, de sorte que suivant l’Esprit Saint chacun prenne le chemin de la Parole qu’Il est Lui-même, pour vivre des bénédictions du Père.

Dans ce nouveau temple non fait de main d’homme, Seigneur : «Remplis Sion de ta louange et ton sanctuaire de ta gloire» Sir.36, 13.


                                                                               Le conseil d’Alléluia-France



(הָלל) hallel : signifie « briller » et à la forme verbale du piel, signifie : « louer ». A l’impératif, 2em p. du pluriel masc.il devient «hallelou»  «הָללוּ »

*Mc14, 26: «Après avoir chanté l’hymne qui clôturait le repas, ils sortirent vers le mont des Oliviers». Le Hallel est l’hymne de louange qui clôture les repas de fête et plus spécialement le Seder. Ce Hallel se compose des psaumes 113 à 118, numérotation hébraïque. Hallelu-Yah signifie au ‘piel’: louez (avec intensité) Yah. Ces psaumes étaient chantés en action de grâces et louange à Dieu au moment de délivrance après un grave péril.

Le Ps.118: dernier des psaumes du Hallel : «Israël devait proclamer l’amour éternel de Dieu et sa puissance; ouvrez les portes du Temple, car le jour fixé par le Seigneur est arrivé. Je le franchirai et rendrai hommage à Yah, car Il est bon et sa grâce dure à jamais».

 

Le conseil d'Alleluia-France



 

Lu 2290 fois Dernière modification le jeudi, 01 novembre 2012 19:21
Plus dans cette catégorie : « Newsletter N°79 Newsletter N°81 »

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.\nLe code HTML est autorisé.

NOUS SOUTENIR

Les partenaires