vendredi, 25 novembre 2011 11:59

Newsletter N°71

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

De l'Alliance de sel... à l'Esprit Saint !

Télécharger en pdf





De la Genèse (Gn1, 29) à l’Apocalypse (Ap 19,9), il est question de repas et comment manger ce que Dieu nous donne ! Le premier « Je » de Dieu est pour donner à manger à l’homme, car Dieu est don : Gn1, 19 « Et Elohim dit : voici je vous donne toute herbe… et tout arbre qui a en lui un fruit…, ce sera pour votre nourriture » Le repas dans l’ancien testament venait conclure l’alliance, signe d’amitié indestructible et le sel dont on ne peut détruire la saveur était garant de cette inviolabilité.

L’histoire de la famille d’Abraham, d’Isaac, et de Jacob est achevée : celle d’un peuple commence qui rencontre son Dieu. «  Ainsi parle Dieu : Israël est mon fils premier né » (Ex 4, 22). Alors Dieu s’adresse au prêtre Aaron : « Tous les prélèvements sur les choses saintes que les fils d’Israël prélèveront pour Dieu je te les donne à toi, ainsi qu’à tes fils et tes filles avec toi, comme un dû perpétuel : c’est une alliance de sel, perpétuelle devant Dieu, pour toi et ta descendance avec toi.» Nb 18, 19.

Ainsi le sel reçoit son caractère sacré de Dieu lui-même, et Elisée ne s’y trompera pas -2 R 2,21- Dieu invite déjà son peuple à sa table, celui qui sera rassemblé « au repas des noces de l’Agneau » Ap. 19, 9.

«Tu mettras du sel sur toutes tes offrandes ; tu ne laisseras point ton offrande manquer de sel, signe de l'alliance de ton Dieu ; sur toutes tes offrandes tu mettras du sel » (Lev 2,13).

Le sel par excellence est ce qui permet de mettre en relief le goût des mets : en clair Dieu nous apprend à offrir dans un mouvement de liberté, d’amour et de joie. C’est ainsi que Jésus s’est offert au Père lors de son dernier repas.

«Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors mettant à profit le temps présent. Que votre parole soit toujours aimable, assaisonnée de sel pour savoir comment vous devez répondre à chacun » (Col 4, 5-6). Etre assaisonné de sel c’est se laisser remplir par l’Esprit du Christ qui fait la vérité en chacun et purifie, ce que l’évangéliste Marc traduit par : « Chacun en effet sera salé par le feu» Mc 9, 49.

Le sel purifie, conserve mais peut aussi rendre une terre stérile : « mais ses marais et ses étangs ne seront pas assainis : ils seront réservés pour le sel » Ez 47,11 ; ou au contraire porter la vie comme pour les pêcheurs « qui se tiendront sur son bord depuis Engaddi jusqu’à En-Eglaïm » Ez 47,10. Le livre de la Sagesse nous enseigne : « En témoignage de sa perversité une terre désolée continue de fumer…, et mémorial d’une âme incrédule, se dresse une colonne de sel. Car pour s’être écarté du chemin de la Sagesse, non seulement ils ont subi les dommages de ne pas connaître le bien mais ils ont laissé aux vivants un monument de leur folie, pour que ne put rester caché ce en quoi ils avaient failli » Sag.10, 7-8.

Accueillir le sel de l’alliance c’est entrer dans le mouvement de l’amour trinitaire sans être animé d’une curiosité malsaine de la volonté divine, comme la femme de Lot, transformée en statue de sel, ou devenir propriétaire des dons divins pour notre propre gloriole, au lieu d’en être de bon gérant. Se conduire en «pécheur en état de conversion et non en juste endurci » (réf : André Louf).

Jésus lui-même n’a pas craint de nous faire connaître tout ce que le Père lui avait fait connaître. Lors de son dernier repas Il nous donne son Corps et son Sang, en nourriture. Lui Jésus, l’unique et vrai grand prêtre offre la seule offrande Sainte, Immaculée et Eternelle au Père y répandant son Esprit, et conclut : «faites ceci en mémoire de moi » Lc 21, 39. « Chaque fois, en effet que vous mangez ce pain et que vous buvez à cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne » 1 Cor 11 26. L’alliance de sel faite avec le prêtre Aaron préfigure Celui qui sera le sel de l’alliance éternelle. Dieu a conduit son peuple de l’alliance de sel au sel de l’alliance. L’Esprit Saint,  le sel de l’Alliance nouvelle et éternelle nous a fait passer « d’esclaves à amis » Jn15, 15. « Heureux ces serviteurs que le maître trouvera en tenue de service à sa venue. En vérité, je vous dis qu’il se ceindra et les fera mettre à table et passera les servir » Lc 12, 37.

Nous invitons chaque chrétien à se rendre compte que les chrétiens sont le sel de la terre en ce sens qu’ils sont le sel qui assure à l’Alliance Nouvelle sa pérennité dans le monde. Veillons dans la louange pour ne pas laisser le sel manquer et être prêt pour le repas de noce de l’Agneau.




Le conseil d’Alléluia-France
 

Lu 1834 fois Dernière modification le mercredi, 03 octobre 2012 18:28
Plus dans cette catégorie : « Newsletter N°70 Newsletter N°72 »

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.\nLe code HTML est autorisé.