mercredi, 23 novembre 2011 20:06

Newsletter N°22

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

2006 : Une année de Paix

Télécharger en pdf




Notre année civile commence par la fête de Marie Mère de Dieu et Mère des hommes (St Jean ch. 19 verset 26 et 27) En cette journée mondiale pour la Paix, elle est Reine de la Paix ( appelée sous ce vocable depuis le XVème siècle dans le merveilleux sanctuaire de KURESCEK en Slovénie)

A tous nos amis, le Peuple de louange de France et ceux qui reçoivent cette lettre mensuelle voici nos vœux pour cette année 2006 :
Que votre cœur s’ouvre à la Paix de Jésus, que votre cœur s’ouvre au Verbe de Vie et que la Parole de Dieu demeure en vous dans toute sa richesse !


Oui nous prions pour la Paix, la paix sociale pour la France, le monde entier. Cela n’est possible que si nous consacrons quotidiennement notre cœur et la France à l’Amour de Jésus par le Cœur Immaculé de Marie ; Marie qui est aussi Reine de France. Ecoutons l’invitation de notre Eglise par la bouche de trois de ses représentants et non des moindres : le pape Benoît XVI, le cardinal Barbarin, primat des Gaules et Mgr André Vingt- trois, archevêque de Paris.

*Benoît XVI s’est adressé à la France par le biais du nouvel ambassadeur de France près le Saint-Siège, évoquant en particulier les causes profondes des émeutes qui ont frappé les banlieues. Pour le pape, il ne s'agit pas d'une difficulté locale et circonstanciée, mais d'une crise qui touche "toute la population". La paix sociale ne s'obtient que par une "culture commune, porteuse des valeurs morales et spirituelles fondamentales" ainsi que dans le soutien du mariage et la famille. Et une société dont la science "instrumentalise" l'être humain peut s'interroger sur son humanité. Il dit à propos de la laïcité : "une saine laïcité distingue et n'oppose pas". Enfin sur chaque enfant, «même sur celui qui n'est pas encore né», resplendit «la lumière de Dieu ».

Donc pas de paix sociale, sans la promotion de la famille et du mariage (entre un homme et une femme), pas de paix sociale sans le respect des embryons et des enfants dans le sein de leur mère. Une amie gynécologue qui assistait en novembre à un congrès sur l’avenir de la gestation fut horrifiée des nouvelles techniques d’utérus artificiels, promus à une généralisation rapide pour remplacer le ventre maternel !


*Le Cardinal Barbarin le 24 décembre : « D'autre part, j'ose me demander si cette fête des enfants ne camoufle pas le fait que nos vieux pays d'Europe n'aiment pas trop les enfants. On peut en indiquer quelques signes. Il est devenu sacrilège de rappeler le drame de l'avortement. Notre démographie est si pauvre qu'à l'évidence, l'enfant est pour beaucoup un risque, un problème, voire une menace. Nous nous habituons à voir presque la moitié d'une classe d'âge grandir sans la présence et l'appui d'un père et d'une mère. Nous n'aimons pas sérieusement les enfants puisque, trop souvent, nous ne les conduisons pas à la pleine liberté de l'adulte, capable de prendre des responsabilités. L'idéalisation adolescente de l'enfance est... une gaminerie ! ».

Donc pas de paix sociale et de joie sans l’amour et l’accueil de nombreux enfants dans une vraie famille, sans une forte démographie et tant que perdure le drame des enfants avortés et de leurs mamans. Depuis ces trente dernières années c’est le véritable génocide d’un peuple d’enfants éliminés par la dureté de cœur des hommes ! (plus de 10 millions de personnes n’ont pas connu le bonheur de naître en France !) Seigneur nous consacrons maintenant ces enfants à ton amour. Abba, ce sont tes enfants !

*Mgr André Vingt-Trois : « Je pense plus utile de vous faire-part d'une conviction très profonde, qui est certes celle de l'Église mais qui est très largement partagée au-delà d'elle, à savoir que la famille est l'un des éléments constitutifs les plus importants de la construction et du développement du tissu social….. Cette transmission intergénérationnelle est assurée au premier chef par la famille. Ce sont les modalités juridiques de la vie familiale qui structurent la transmission de la vie et conditionnent l'avenir de la société… Ce lien direct entre le mariage, la famille et l'éducation est un élément constitutif du tissu social… C'est dans la famille que l'on fait l'expérience d'être aimé pour soi-même, quels que soient par ailleurs ses faiblesses, ses lacunes ou ses crimes ».

Donc pas de liberté, pas de paix sociale sans promotion de la famille et sans respect du rôle fondateur de la famille dans le droit positif. Enfin le Cardinal de Paris pose la question : Que peut-on faire pour promouvoir la définition du mariage dans le code civil ?

France ! France ! France ! Fille aînée de l’Eglise, dans ce monde sans Paix, reviens à ton Cœur où habite ton Seigneur !

En cette année 2006, que les anges vous protègent et vous accompagnent pour proclamer Sa Parole !


                                                                                   Le conseil d’Alleluia-France

 

 

Lu 1800 fois Dernière modification le mercredi, 03 octobre 2012 18:40
Plus dans cette catégorie : « Newsletter N° 21 Newsletter N° 23 »

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.\nLe code HTML est autorisé.

NOUS SOUTENIR

Les partenaires