mardi, 22 novembre 2011 21:07

Newsletter N°13

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'année de l'Eucharistie

ou l'heure de Saint joseph et des Anges

Télécharger en pdf

 

Frères et Soeurs en Jésus-Christ,    

 

Chers amis de tous horizons, cette lettre de mars est plus longue que d’habitude car l’enjeu sur notre pays la France et l’Europe est de taille et la victoire est d’abord spirituelle, le reste viendra par surcroît ! En effet l’Eucharistie que nous adorons cette année de manière spéciale est la source de salut pour notre Peuple, l’Europe et le monde. En ce mois de mars c’est Joseph, qui va nous introduire dans le palais du Roi.

Concernant « Joseph l’époux de Marie, de laquelle est engendré Jésus appelé Messie. » (Mt 1-16) un dominicain italien, Isidore Isolani du XVIème disait : « Car le Seigneur ouvrira les oreilles de leur intelligence et de grands hommes scruteront les dons intérieurs de Dieu cachés en Saint Joseph et trouveront un trésor précieux, tel qu'on n'en trouve de pareil chez aucun père de l'Ancien Testament. C'est ce qui arrivera surtout par les lumières que donneront les saint anges. Saint Joseph prêtera du haut du ciel des grâces au peuple qui l'invoquera*** ... » (Père André Doze)

Chaque vendredi après le coucher du soleil, la Sainte Famille juive, célébrait l'entrée en Shabbat, Joseph en tant que père proclamait avec Marie la Parole de Dieu, bénissant et rompant les deux pains du Shabbat, qui représentaient la double part que les Hébreux recevaient le vendredi soir, mais aussi à partir de Joseph l'Ancien et le Nouveau Testament, la Première et la Nouvelle Alliance enfin Israël et l’Eglise.

       Ce repas du Shabbat s'articule autour de la Parole de Dieu, du pain et du vin bénis, où l'on accueille le Bien Aimé (fiancée Shabbat), repas de fiançailles en vue des noces de la créature avec son créateur, et voici que le Bien Aimé était au milieu de la Sainte Famille en la personne de Jésus. Avant que Saint Jean n'écrive dans sa première lettre : « Ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont palpé du Verbe de vie... nous vous annonçons la vie, la vie éternelle qui était auprès du Père et qui s'est manifestée à nous ».

Joseph peut dire avec Marie : « Ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu, ce que nous avons contemplé, ce que nous avons palpé, ce que nous avons élevé, nous l'avons protégé avec les Anges par ce voile que le Père a posé sur notre demeure à Nazareth, pour qu'à l'heure choisie par Dieu, le Fils de l'homme accomplisse l'œuvre du Père ».

 

Joseph a appris l'obéissance au Père en regardant Jésus lui obéir, à lui le père adoptif, tandis que Jésus soumettait son humanité à cette obéissance de Joseph, par cette même voie il enseignait à ce père cette obéissance divine à la volonté du Père des cieux dans une relation d'Amour et un don total vivant dans la Foi pure cette relation d'Amour, c'est à dire l'accueil incessant de la grâce qui habite pleinement chaque instant présent.

 

Accomplissant sans cesse la volonté du Père avec promptitude Joseph faisait l'expérience de cette « volonté-nourriture ». Saint Jean 4(32-34) : « Moi j'ai à manger une nourriture que vous, vous ne connaissez pas.. Mon aliment, c'est de faire la volonté de Celui qui m'a envoyé et d'accomplir son œuvre ».

 

Joseph a nourri son cœur de juste de cette nourriture, plus encore après l'épisode du Temple. Il a rendu vivante la Parole de Dieu au quotidien, il a protégé le Verbe de Dieu, il l'a adoré : Le 19 Mars 1614, Saint François de Sales écrivait à Sainte Jeanne de Chantal : «... votre cœur sera ouvert à la méditation des grandeurs de cet Epoux de la Reine de tout le monde nommé père de Jésus, et son premier adorateur, après sa divine Epouse. »

On peut dire sans crainte de se tromper que Joseph, l’époux de Marie, a vécu d'une façon eschatologique du mystère et des fruits de l'Eucharistie par la grâce qu'il a accueillie à chaque instant présent dans la Foi, accompagné et guidé par Marie, la toute pleine de grâces.

 

D'ailleurs Jean Paul II dans « l'Eglise vit de l'Eucharistie » écrit : « Enfin, dans le Magnificat est présente la tension eschatologique de l'Eucharistie. Chaque fois que le Fils de Dieu se présente à nous dans la « pauvreté » des signes sacramentels, pain et vin, est semé dans le monde le germe de l'histoire nouvelle dans laquelle les puissants sont « renversés de leurs trônes » et les humbles « sont élevés » (Lc 1,52 ) (§58,p.82). » Marie est Mère de l'Eucharistie, puisque Mère de l'Agneau et Joseph est le gardien de l'Eucharistie et la terreur des démons.

« Joseph peut cacher l'Incarnation, parce que lui-même passe tout à fait inaperçu. Ce n'est pas en affrontant le Mal avec la force qu'il va en triompher, comme Saint Michel, mais en l'esquivant avec souplesse, en fuyant en Egypte...

« La forteresse imprenable où Dieu le Père va faire entrer son Fils, Bien Aimé, son Unique, c'est le logis obscur de ce charpentier. C'est là que se retrouveront tous les Anges de Dieu pour le servir sans qu'aucun souffle de Satan ne l'effleure » (Père André Doze).

C’est toujours dans ce « Nazareth » entre Joseph et Marie que Jésus nous invite à demeurer. Dans ce « Nazareth » vivre de cette obéissance à la volonté divine qui est une vraie nourriture, voilà une Eucharistie spirituelle toujours renouvelable qui prépare le cœur à l'Eucharistie sacramentelle, le fruit de ces deux formes d'eucharisties sont :la Paix, la Confiance, la Joie, la louange, la plénitude du ciel dans l'âme, dans notre vie à travers le quotidien dans ce combat de la Lumière contre les ténèbres où la victoire est du côté de l'Amour.

Joseph a vécu, établi dans cette paix de Dieu. « Nous sommes donc en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a donné, par la foi, l'accès au monde de la grâce dans lequel nous sommes établis » (Rom 5,1-2).

Chaque Eucharistie est un commencement, alors allons « de commencement en commencement jusqu'au commencement éternel » Saint Grégoire de Nysse.

 

       Adorons avec Saint Joseph et les Anges, accueillons l'Eucharistie où nous puiserons la force d'être des serviteurs et des louangeurs du Dieu trois fois saint.

 

 

Que Dieu vous bénisse !

 

 

Le conseil d’Alleluia-France

 

 

***Notre pays a été consacré à Saint Joseph par Louis XIV le 19 Mars 1661.

 

Lu 1667 fois Dernière modification le mercredi, 03 octobre 2012 18:42
Plus dans cette catégorie : « Newsletter N° 12 Newsletter N°14 »

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.\nLe code HTML est autorisé.

NOUS SOUTENIR

Les partenaires