Newsletter N° 102

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le   repos   de   Dieu (1)
 


L’homme est une louange à la gloire de Dieu ! Saint Augustin, le chante merveilleusement dans ses confessions : « Malgré tout, l’homme, chétive partie de ta création, veut te louer, Seigneur ! Et toi-même tu l’y incites, en faisant qu’il trouve ses délices dans ta louange, parce que tu nous as faits pour toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose en toi ».

En effet, créé à l’image et dans la ressemblance de Dieu, l’homme est invité à expérimenter le repos de Dieu dans l’intimité avec son créateur et rédempteur.

« Dieu acheva, le septième jour, le travail qu’il avait fait et il chôma, le septième jour, après le travail qu’il avait fait. Dieu bénit le septième jour et le sanctifia, parce qu’en ce jour Dieu avait chômé, après tout le travail qu’il avait fait en créant. » Gn.2, 2-3. Le septième jour,  Dieu "reprend haleine". Il contemple la splendeur de la création qu’il a confiée à l’homme pour que l’homme puisse la soumettre et lui faire porter du fruit, apportant sa petite part à l’immense œuvre de Dieu, pour le glorifier et y trouver lui-même son bonheur.

Dans le Credo, l’Eglise nous enseigne que le Père a tout créé par le Fils  "par qui tout a été fait" et par l’Esprit Saint  "qui donne la vie".  Dans ce premier repos shabbatique, toute la Trinité ne cesse de contempler le chef d’œuvre de la création. Chacune des trois Personnes de la Trinité est un don pour les deux autres, tandis que l’homme créé à l’image de Dieu et dans sa ressemblance participe à ce premier shabbat dans la louange, l’adoration et goûte le repos de Dieu.

Le repos de Dieu et en Dieu n’est pas inactivité mais contemplation. Il est une participation au mouvement d’amour Trinitaire lui-même,  mouvement d’amour ininterrompu qui rejaillit sur l’homme tandis que l’Esprit Saint poursuit son œuvre dans le monde. Alors, poussés par l’Esprit, nous nous laissons conduire de gloire en gloire et toujours plus loin en Dieu, par la Foi, l’Amour et l’Espérance.

Par la faute originelle, la désobéissance au seul interdit donné à Adam par Dieu, ce repos a été brisé. L’homme doit alors travailler à la sueur de son front. Mais Dieu, bouleversé jusque dans ses entrailles, n’abandonne pas l’homme. En effet, lorsque les temps furent accomplis, Il envoie son Fils unique qui s’est fait «obéissant jusqu’à la mort, et la mort sur une croix » Phi.2, 8, pour plonger chaque homme depuis Adam dans son propre repos shabbatique, celui du Samedi Saint et le ressusciter au matin de Pâques.

C’est l’obéissance filiale qui nous permet d’accueillir à nouveau la Miséricorde pour remédier à tous nos manquements, recevoir plus pleinement le don de la vie éternelle et retrouver le repos de Dieu. C’est pourquoi, selon ce que dit l’Esprit Saint : "Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, ne durcissez pas vos cœurs, comme lors de l’Exaspération, au jour de la tentation dans le désert où vos pères me tentèrent et me mirent à l’épreuve, et ils avaient vu mes œuvres durant quarante ans !...Aussi je le jurai dans ma colère : ils n’entreront point dans mon repos. » He.3, 7-10, 11.

Cet "Aujourd’hui" est toujours d’actualité pour chacun de nous. Par la bouche de David, longtemps après l’entrée en Terre promise, Dieu invite son peuple à entrer dans son repos. (Heb.4, 1-11).  Or le repos de Dieu est plus vaste que la Terre promise puisqu’il est une participation à la vie même de Jésus Christ. Il nous protège de la désobéissance par la contemplation, la louange, l’adoration, l’amour de la parole de Dieu pour que le feu de l’Esprit continue son œuvre.

 

 

                                                            Le Conseil d’Alleluia-France

 

 

Lu 1746 fois
Plus dans cette catégorie : « Newsletter N° 101 Newsletter N°103 »

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.\nLe code HTML est autorisé.